Billetterie LES SIECLES ROMANTIQUES : Réservez votre billet

Abonnements 2021-2022

Abonnements 2021-2022

  • Chapelle de la trinité - Lyon
Suites Peer Gynt de Grieg & Stabat Mater de Gouvy

Suites Peer Gynt de Grieg & Stabat Mater de Gouvy

  • Jeu. 2 déc. 2021 de 20 h à 22 h
  • Chapelle de la trinité - Lyon

Concert des 30 ans !
chœur, solistes, orchestre
-

PEER GYNT Suites 1 & 2 de Grieg

Grieg fut sans conteste le plus populaire de tous les musiciens scandinaves et jouit d’une vogue incroyable au tournant du XIXème siècle. En janvier 1874, le dramaturge Henrik Ibsen proposa à Grieg de composer la musique de scène de son drame poétique Peer Gynt qui affronta les feux de la rampe le 24 février 1876. Pressé par des besoins d’argent, le musicien accepta ce travail qui devait lui assurer, à son insu, une grande partie de sa gloire internationale. Sur les 23 numéros qu’il écrivit, il en choisit huit qui composèrent les deux suites que nous vous proposons.
-


STABAT MATER de Gouvy

Paradoxalement français de cœur mais prussien de naissance par le redécoupage de l’Europe lors du traité de Vienne, Théodore Gouvy ne devient citoyen français qu’à 32 ans. Cette double appartenance identitaire nuira certainement à l’attention que méritait son œuvre. Néanmoins, au fil du temps, il sera considéré comme l’un des plus grands compositeurs de son temps, chaleureusement apprécié tout particulièrement par Berlioz, Lalo, Saint Saëns et Widor, joué dans toute l’Europe, assurant la diffusion en France de la musique post-mendelssohnienne. Son œuvre est importante (160 numéros) et aborde tous les genres ou presque. Le Stabat Mater, composé un an après le Requiem, peut être considéré comme son frère jumeau.
La création avec orchestre a lieu en mars 1878 à Wiesbaden avec un grand succès public. Deux mois plus tard, Gouvy donne son Stabat Mater au Gewandhaus de Leipzig où il provoque l’enthousiasme d’un public conquis… c’est aussi à cette occasion qu’il fait la connaissance d’un certain jeune Grieg, qui lui demande des conseils d’orchestration !

Le Récital - Invitation au voyage

Le Récital - Invitation au voyage

  • Mar. 15 mars 2022 à 20 h
  • Salle Molière - lyon

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle se développe, au sein de la musique
savante espagnole, un mouvement « nationaliste » largement inspiré par le
folklore ibérique.
Ce courant musical, incarné essentiellement par Manuel de Falla, sera repris par d’autres grands compositeurs espagnols comme Isaac Albéniz et Enrique Granados.
La grande originalité de cette « nouvelle musique » immédiatement
reconnaissable par ses rythmes entrainants et ses mélodies à l’influence méditerranéenne omniprésente, ne laissera pas longtemps indifférents les plus grands compositeurs européens qui vont « incorporer » cette musique originale dans leurs propres compositions.

C’est à cette « ballade musicale hispanisante » que nous invitent deux
habitués des Siècles Romantiques, Elena Sommer (Mezzo-Soprano) et
Landry Chosson (Pianiste) à travers les compositeurs germaniques (Schumann), français (Ravel et Debussy), italiens (Verdi), espagnols (Albeniz et De Falla) et russes (Glinka et Tchaïkovski).

Un récital original à ne pas manquer !

Les Ruines d'Athènes de Beethoven

Les Ruines d'Athènes de Beethoven

  • Jeu. 19 mai 2022 de 20 h à 21 h 45
  • Chapelle de la trinité - Lyon

& Ouverture d’Egmont, extraits de la Cantate pour la mort de l’Empereur Joseph II

chœur, solistes, orchestre


Ouverture d’Egmont

Si Egmont fait partie des célèbres ouvertures d’orchestre de Beethoven, il n’en est malheureusement pas de même pour ses cantates profanes et Musiques de scène, très souvent considérées à tort comme des pièces mineures ! … terrible injustice car elles ont pourtant servi de laboratoire d’essai pour ce dernier qui opte pour un langage moins « corseté », plus libre, plus inventif… Bref, un Beethoven qui « se lâche »… pour notre plus grand bonheur ! …
Cantate pour la mort de l’Empereur Joseph II

La mort de l’impératrice Marie-Thérèse et l’avènement de son fils Joseph II en 1780 inaugure une décennie de réformes éclairées d’une portée considérable à Vienne et dans tout le Saint-Empire ; réformes très profitables au peuple autrichien et défavorables à la noblesse et haut-clergé, qui seront annulées à la mort de Joseph II en 1790 !... La « décennie josephiste » n’en fut pas moins l’une des plus brillantes de l’histoire de la capitale impériale et correspond scrupuleusement à la décennie viennoise d’un certain Wolfgang Amadeus Mozart de 1781 à sa mort en 1791…
Jamais jouée du vivant de l’auteur, cette cantate apparait néanmoins comme une des œuvres majeures du jeune Beethoven forte d’une maturité remarquable chez un compositeur de 20 ans.
Les Ruines d’Athènes

Pendant l’été 1811, Beethoven reçoit la commande de deux musiques de scène Le Roi Etienne et Les Ruines d’Athènes, toutes deux d’après un texte d’August Kotzebue, destinées à l’inauguration du nouveau théâtre allemand de Pest. Beethoven répondit favorablement à cette demande officielle sans mettre en question le contenu politique de ce sujet allégorique qui mêlait les figures antiques de Minerve et Mercure aux Grecs réduits en esclavage et peuples turcs ridiculisés. Outre le langage du Beethoven de la maturité, on trouve ainsi de très fréquentes influences vocales et instrumentales orientalisantes (Turqueries) pourtant bien rares chez ce dernier.